Partager sur: facebook whatsapp twitter

 

 

Thiossane à Mbodiène

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vidéo de Mbodiène

Vidéo de 3mn montrant l'arrivée des pélicans sur la lagune au crépuscule et un panorama de la lagune en plein jour

 

 


Photo : l'un des vitraux en bouteilles de bière de l'église de Mbodiène

 

 

Toubab DialawToubab Dialaw, à 45 minutes de route de Dakar a l'un des futurs les plus radieux de la Petite Côte. Aujourd'hui déjà, les villas se multiplient et les lieux de loisirs fleurissent un peu partout. L'endroit est il est vrai attirant. Alors que la côte sénégalaise est d'une monotone platitude, Toubab Dialaw offre un relief qui donne un petit goût de Côte d'Azur au site. La plage y est en outre propre, tranquille et chaude toute l'année. Un des attraits supplémentaires de la bourgade réside dans son accès difficile ! En effet, à moins d'avoir un véhicule personnel, impossible de s'y rendre malgré la belle route partant de l'axe principal Dakar-Mbour : aucun transport en commun ne déssert le patelin exceptés quelques clandos ! Bref, si l'avenir touristique de Toubab Dialaw se confirme, il sera tout d'abord un tourisme local destiné aux Dakarois, principalement expatriés.

Voir des dizaines de photos de Toubab Dialaw

L'école des sables à Toubab Dialaw organise des stages amateurs/semi-professionels pour les personnes "non-africaines", des WE danse pour les personnes vivant au sénégal, l'accueil de séminaires, de résidences artistiques,l'accueil de tourisme culturel avec l'agence Kaïcedrat...
Activités culturelles à Toubab Dialaw, cliquez ici

L扙scale : Un restaurant en bord de mer à 50 km de Dakar. Idéal pour les Dakarois désirant manger un week-end loin du bruit et de la pollution. Létablissement a fait des grillades (viandes et poissons) et de la cuisine sénégalaise sa spécialité. (836-3595

Notre sélection d'hébergements à Toubab Dialaw :
Warning: include(../hotels/pro.php): failed to open stream: No such file or directory in /home/carrentaav/www/africa/surlapetitecote.com/toubab_dialaw.php on line 136

Warning: include(../hotels/pro.php): failed to open stream: No such file or directory in /home/carrentaav/www/africa/surlapetitecote.com/toubab_dialaw.php on line 136

Warning: include(): Failed opening '../hotels/pro.php' for inclusion (include_path='.:/usr/local/php5.6/lib/php') in /home/carrentaav/www/africa/surlapetitecote.com/toubab_dialaw.php on line 136

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Coucher de soleil sur la lagune de MbodièneMbodiène est un hameau de la Petite Côte situé entre Nianing et Joal. C抏st un village d抋griculteurs sérères entre la mer et la route Mbour-Joal. On y cultive presque exclusivement du sorgho. L'endroit est véritablement sympa et les promenades à pieds y sont agréables. Les plus courageux iront même jusqu'à Ngazobil ou Joal-Fadiouth à l抋ide de leurs chaussures ! Un des attraits de Mbodiène réside dans sa magnifique petite lagune à l抏au claire où adultes et enfants peuvent se baigner sans danger. En effet, elle est rarement plus profonde qu'un mètre, y compris à marée haute.

Photos : à droite, coucher de soleil sur la lagune, l'isthme et l'océan, ci-dessos à gauche, pélicans blancs nichant avec leur petit près d'un des derniers bosquets de mangrove de la lagune.

Pélicans dans la lagune de MbodièneLa faune y est riche et variée : reptiles (pythons, varans, tortues marines, etc...), oiseaux (pélicans, aigrettes, calaos, vautours, milans, hibous, chouettes, cormorans, etc...) et mammifères (chauves-souris, mangoustes...) y ont trouvé refuge. Il y a peu de temps, une hyène y avait même élu domicile et gambadait joyeusement de l'autre côté de la lagune pour la plus grande joie des amoureux de la nature... et la plus grande crainte de certains habitants qui ont réclamé sa peau... La pauvre bête a vite fait de se prendre un coup de fusil et désormais tout le monde dort malheureusement en paix, sans les rires de Bouky, la hyène.

Mais tout ce petit monde est en péril car la zone n'est pas protégée. De plus, la très incompétente SAPCO (Société d'Aménagement de la Petite Côte, mandatée par l'état sénégalais) a désormais la gestion de cette partie du littoral et quand on voit les ravages causés à Saly et la Somone on est en droit de s'inquiéter. Si aujourd'hui aucun grand hôtel excepté le Laguna Beach n'est venu amonceler des parpaings on sait que Mbodiène et sa lagune sont en sursis. Déjà, la spécialité sénégalaise, "l'ébauche de construction", commence à défigurer une partie de Mbodiène Plage. Le principe est simple : on construit les murs pour pas se faire piquer le terrain, on commence à faire 5 ou 6 rangées de parpaings et on attend quelques années d'avoir l'argent pour terminer l'ouvrage ou de trouver un couillon pour racheter à prix d'or le chantier... Ca rappelle par endroit au Sénégal Beyrouth Ouest pendant la guerre et ça commence à arriver à Mbodiène...

Mbodiène
Envol de pélicans sur la lagune de Mbodiène vu du campement "Le Thiossane" (voir ci-dessous, hébergements)

L'autre péril guettant la lagune de Mbodiène est l'ensablement. Diverses initiatives, rarement couronnées de bonheur, ont tenté de réouvrir la circulation de l'eau alors que la lagune était complètement bouchée et dépérissait. Le problème c'est que c'est un travail de géologue et qu'aucun ne semble avoir été sollicité pour se pencher sur le problème. Aujourd'hui l'eau circule mais la lagune reste à la merci d'une tempête la bouchant avec un banc de sable...

Une usine d'extraction et de transformation du calcaire s'est installée il y a quelques années à l'entrée de Mbodiène sans que ses activités ne dérangent le village ni ne pollue la lagune.

L'intégralité des hébergements touristiques de Mbodiène est située au bord de la lagune, à une vingtaine de minutes à pieds du village. Quelques pistes serpentant entre les champs, la brousse et les étendues salées inondées à marée haute mènent aux quelques hôtels, auberges et campements installés ici depuis quelques années. Un nombre modeste quoique croissant de résidences secondaires, dont beaucoup ne sont pas achevées, exhibent leur béton et leurs vilains parpaings aux touristes de passage. On rêve d'un arrêté de démolition qui sans doute ne viendra jamais ou d'une obligation faite aux propriétaires de finir leurs constructions dans des délais raisonnables....

Photo à droite : bétail divaguant sur les pistes du village

Les touristes qui souhaitent se baigner dans la mer peuvent traverser la lagune à pieds ou la nage bien que le fond soit désagréable car vaseux (forcément, c'est une lagune....). Certains hébergements touristiques mettent d'ailleurs à disposition de leurs clients des petites embarcations pour la traversée (la lagune ne dépasse que rarement une cinquantaine de mètres de large).

Malgré ces paysages sauvages et cette tranquillité à toute épreuve, ouvrir une auberge ou construire une maison n'est pas simple. Il faut dire que la situation est rude pour ceux qui se sont installés sur la lagune : il n'y a ni eau ni électricité ni téléphone et, à moins de faire tirer les câbles électriques ou les canalisations d'eau à ses frais sur plusieurs kilomètres depuis la route, il faut être autonome en énergie et en eau... Ce serait le coin idéal pour un projet pilote d'écotourisme car ici plus qu'ailleurs le solaire et les économies d'eau et d'énergie peuvent être un argument de vente touristique.


Photo : La lagune de Mbodiène et l'isthme la séparant de l'océan sont un refuge naturel pour une faune riche et variée

Le village de Mbodiène, situé au bord de la route Mbour-Joal, est à 20 minutes de marche de la lagune. Impossible de le louper quand vous arrivez en voiture : un immense fromager (sans doute l'un des derniers de la Petite Côte !) trône non loin d'un grand calvaire blanc.

Dans un dédale de petites ruelles sablonneuses, les habitations des quelques 3000 Mbodiènois se succèdent paisiblement à peine animées par les jeux des enfants à la sortie de l'école. Il n'y a guère que les jours de mariage ou de funérailles et le dimanche, à la messe, que les villageois sortent tous pour aller à l'église. Mbodiène est décidemment l'un des coins les plus paisibles de la Petite Côte !

Une des "curiosités" indiquées dans les guides réside dans les vitraux de l'église du village. Ils ont en effet été réalisés, non sans humour ni éclat de génie, en bouteilles de bière en verre de différentes couleurs coulées dans du béton (on reconnaîtra la bouteille de bière Gazelle verte....). Au coucher de soleil, les vitraux s'illuminent chacun avec ses couleurs et ses motifs... L'histoire ne dit pas si ce sont les fidèles qui se sont sacrifiés pour descendre le pinard et la bière afin de fournir le curé et le maçon en matériaux...

Photos : en haut à droite un gros baobab devant l'école et le jardin d'enfants du village, ci-contre à droite, l'église avec son style très "Western Nouveau-Mexique".

Le village compte deux ou trois boutiques "épicerie-alimentation", une boutique de cosmétiques, un boulanger traditionnel (le pain qui vient de Joal est quant à lui comme un Kinder Bueno : beau à l'extérieur, vide à l'intérieur), une dibiterie, deux ou trois télécentres, un mécano, une garderie d'enfants, une école publique, un cimetière mixte (très majoritairement catho forcément), un dispensaire, une église et une mosquée (offerte par le Koweit, l'Iran, l'Arabie Saoudite ou un autre pays très démocratique du Golfe). Les habitants comme les touristes ont donc de quoi satisfaire leurs besoins les plus élémentaires même si beaucoup préfèrent faire leurs courses à Joal ou Mbour. Il est également utile de savoir que si vous résidez dans l'un des hôtels ou campements du village, vous aurez toujours la possibilité de varier les plaisirs en allant manger ou boire un coup dans les autres : la plupart ouvrent leur restaurant et leur bar aux clients extérieurs.

Notre sélection d'hébergements à Mbodiène :
Parse error: syntax error, unexpected 'fa' (T_STRING) in /home/carrentaav/www/intfolder/tourism/vars.php on line 59